MJC de Saint-Chamond

C’est compliqué de gérer une entreprise

Début juillet, ils ne se connaissaient pas. Pourtant, ils se sont retrouvés plongés dans la même expérience : créer une entreprise de A jusqu’à Z… et la faire tourner, car le but était que chacun se dégage un revenu à la fin des deux mois de fonctionnement. Pas évident au premier abord de conjuguer des talents divers. Lundi soir, dans les locaux de la société A(l)lone spécialisée dans les cosmétiques et les compléments alimentaires, les Energizers ont dressé le bilan de leur expérience « socialement très riche » et confessé « c’est compliqué de gérer une entreprise. »

Plusieurs municipalités ont commandé des chantiers

Pendant les deux mois d’été, parrainés par le centre social Henri-Matisse et la MJC de Rive-de-Gier, douze jeunes de la vallée, âgés de 16 à 20 ans, ont créé leur entreprise. D’un style un peu particulier puisqu’il s’agissait de structures éphémères de nettoyage, débroussaillages, déménagement. « Il fallait tout créer, constituer les équipes, trouver et démarcher nos clients. Ce n’est pas simple de trouver des clients », constatent les jeunes qui n’ont pas hésité à tenir des stands et arpenter les travées du marché de Rive-de-Gier pour se faire connaître du public. Ils ont également démarché les municipalités. Plusieurs d’entre elles leur ont commandé des chantiers : Tartaras où ils ont fait du débroussaillage, Saint-Chamond où ils ont repeint les gradins du gymnase, Rive-de-Gier, où ils ont également réalisé des travaux de peinture en collaboration avec les services techniques de la Ville.

« Les particuliers ont surtout demandé des travaux de jardinage », précise Romane, l’une des « coopérantes ». Et Rémi Villeneuve, à la tête d’une société de pompes funèbres, a fait appel à leurs services pour « nettoyer nos locaux bien encombrés. »

Les animatrices qui les ont encadrés constataient : « Ils ont beaucoup progressé dans l’évaluation d’un chantier et ils ont énormément gagné en autonomie. »

« Vous avez bien travaillé », renchérissait Samuel Goujaud, le président de Talents croisés. Et les élus présents assuraient, unanimes : « Vous avez renvoyé une image très positive de la jeunesse. Nous serons toujours là pour vous soutenir. »

Source : https://c.leprogres.fr/loire-42-edition-gier/2018/08/29/c-est-complique-de-gerer-une-entreprise

Comments are closed.