MJC de Saint-Chamond

Le regard aiguisé de Laurent Deloire

Aznavour, Trump, Mimie Mathy, Gérard Larcher, Deneuve, Ventura : tous sont croqués dans le livre du Saint-Chamonais Laurent Deloire.

Laurent Deloire : « J’ai la cinquantaine mais je reste un vrai gamin ». Photo Yves SALVAT

 

Le trait est goguenard, affûté. L’attitude savamment observée, les couleurs patinées. Les caricatures de Laurent Deloire ne laissent personne indifférent. Ça fait sourire, quelquefois grincer des dents les personnages croqués, car le dessinateur a l’œil aiguisé. Il saisit presque du premier regard la dominante du trait de caractère, le petit défaut qui va faire la grande différence sur le papier.

Un travail à l’ancienne

Il vient de publier un ouvrage de 50 caricatures intitulé Mes yeux sont tombés sur leurs têtes. Personnalités du monde du show-biz, de la culture, mais aussi de la politique sont croqués avec pertinence et talent. « 70 % des dessins de ce livre sont des inédits », confie l’auteur, qui a planché six mois sur ce recueil. « Un vrai plaisir », selon le dessinateur, mais aussi un travail minutieux allant de trois à huit heures par dessin. Car pour chaque caricature, plusieurs esquisses sont échafaudées au crayon. « Je travaille à l’ancienne, explique Laurent Deloire. Pas d’assistance par ordinateur, tout à la main. » L’artiste emploie des crayons de couleurs et un peu de feutre pour surligner quelques traits et c’est tout. Pour lui, la caricature c’est « un exutoire sain. On peut se moquer des plus grands, c’est aussi un contre-pouvoir mais surtout ça fait marrer les gens. C’est d’ailleurs pour ça à la base que j’ai choisi de crayonner les uns et les autres dès l’âge de 13 ans. Je n’étais pas un élève très concerné par les études et mon coup de crayon me donnait un statut ». Contre toute attente, Laurent Deloire a fait des études de comptabilité pour épauler dans ses factures son père, plombier à Saint-Chamond. Mais son CAP en poche, il est vite revenu vers le graphisme. « Je n’ai jamais pris de cours de dessin mais en pratiquant, j’apprends encore. J’ai le sentiment qu’avec plus d’expérience, je suis plus libre dans la déformation et la représentation caractéristique de mes modèles. »

Pour cet ouvrage, il a été épaulé pour les textes et la mise en page par sa famille. C’est très réussi, agréable à feuilleter. On aime s’arrêter sur une page, admirer le trait, l’expression. On sourit, s’étonne. Un joli moment de détente.

Dédicaces Vendredi, à 18 h 30, au Bistrot Couramiaud à Saint-Chamond. Le 17 novembre, à Délivrez vous à Rive-de-Gier. Le 24 novembre à la librairie Plaisance, à Saint-Chamond. Mes yeux sont tombés sur leurs têtes , aux éditions Tête d’Or. Prix : 19,90 €.

DE LIBÉ À L’ALMANACH

L’homme s’est fait un nom dans le milieu en publiant notamment, au début des années 2000, des dessins dans le quotidien Libération. Il a même fait la Une, c’est dire. « Libé m’a pris trois dessins en une semaine. Ça m’a donné beaucoup de crédibilité. » Aujourd’hui, il illustre des livres, réalise des happenings, croquant à tout va les invités d’une réception, des people. Il a publié sept recueils, participé à l’Almanach du dessin de presse. Il a même illustré une méthode d’apprentissage de l’allemand.

Source : https://www.leprogres.fr/sortir/2018/11/11/le-regard-aiguise-de-laurent-deloire

Comments are closed.